Nos membres experts Viti-Vini

Le mot de l’expert sur l’œnotourisme

L’œnotourisme, une nouvelle ressource économique pour les châteaux viticoles.

Interview avec Pierre-Jean Romatet, fondateur de l’agence Bordovino et membre Wi&ne.

En quelques mots, comment se porte l’œnotourisme ?

Le secteur, encore jeune, est en plein essor. Il correspond à une tendance touristique lourde : les visiteurs sont à la recherche d’expérience, d’authenticité, de partage. L’œnotourisme donne accès à un symbole de l’art de vivre à la Française, sur le plan de l’élaboration du vin bien sur, mais aussi sur le plan de l’histoire, de l’architecture, de la culture, de la gastronomie, de la rencontre. Chez Bordovino, nos tours sont conçus de telle manière que même un non-amateur de vin apprécient une journée avec nous. 

En 2010, 3 millions de touristes étrangers ont visité un site français d’œnotourisme, Rien qu’à Bordeaux, la fréquentation touristique a doublé en 5 ans, et la visite de vignobles est indéniablement un des premiers attraits de notre région.

Pourquoi les châteaux s’ouvrent-ils de plus en plus au public ?

Il y a plusieurs raisons. D’abord par mimétisme : mon voisin est ouvert au public, il y a du passage chez lui. Pourquoi pas moi. Ensuite pour remplir un objectif marketing : il n’y a pas de bouteille mieux vendue que celle acquise à la propriété. Servie aux amis ou à la famille, elle raconte une histoire. La visite d’une propriété permet de créer une relation émotionnelle avec le visiteur. L’objectif est évidemment de la transformer en relation commerciale. Toutes les marques, tous secteurs d’activités confondus, sont à la recherche de lien avec ses consommateurs. Quand on a la chance d’avoir un lieu de production qui est un chateau, c’est l’argument marketing le plus puissant ! Les propriétés commencent progressivement à en prendre conscience. Il y a enfin un troisième objectif commercial : l’œnotourisme peut représenter pour certaines propriétés jusqu’à 20% de leur chiffre d’affaires : ventes directes, vente de produits dérivés, restauration, salles de réception, … Les offres sont variées.

Un château qui veut se lancer dans l’œnotourisme, comment s’y prend-il ? Qu’est ce que cela implique ?


oenotourismeRecevoir du monde exige une nouvelle organisation (notamment pour les amplitudes horaires) et certaines compétences. Tout vigneron ne peut devenir du jour au lendemain un hôte d’accueil pour les touristes.

Face à une offre grandissante et à une demande hétérogène, les châteaux doivent soigner leur offre tout en restant fidèles à leur histoire et à leur terroir. Il leur faut réfléchir à un concept : que veulent-ils présenter (le château, les chais, les jardins..), de quelle manière (durée de parcours, visite guidée, restauration sur place. …). Qu’est-ce qui les différencie des autres ?

Notre expertise nous permet de les accompagner depuis la mise en place de leur package touristique, en passant par leur promotion jusqu’à en assurer les visites avec nos guides bilingues, voire trilingues. Notre mot d’ordre étant de proposer aux touristes français et étrangers des circuits conviviaux et personnalisés. Et surtout de faire en sorte que les gens s’amusent ! Car le vin doit toujours être synonyme de plaisir. 

Avec ses 5 ans d’expérience, Bordovino a développé de nombreuses formules de visites : en minibus, en vélo, à cheval, en hélicoptère. Les clients ont la possibilité de déguster le vin directement à la barrique, de fabriquer leur propre cuvée, de faire une « murder party » au château. 

Quelles sont les perspectives de l’œnotourisme ? 

Excellentes ! Depuis 5 ans que nous existons, nous avons déjà vu une évolution considérable : de plus en plus de châteaux s’organisent et s’ouvrent au public, les hébergements au château fleurissent, les visiteurs affluent.

Avec l’ouverture de la Cité du Vin et ses 450 000 visiteurs attendus chaque année, la région de Bordeaux devient incontestablement une destination touristique de plus en plus attractive pour les amoureux du vin. Une opportunité à saisir pour les propriétaires viticoles.

Derrière leur grands portails et murs en pierre, ils ont autrefois souffert d’une image fermée. De nombreux exploitants ont aujourd’hui compris l’intérêt d’ouvrir leurs portes et de faire découvrir leur propriété, à la fois pour leur image et le potentiel de ventes de leurs productions.

En savoir plus sur Bordovino : www.bordovino.com

Contact : Pierre-Jean Romatet pierre-jean@bordovino.com

membres-experts-viticoles-bordovino-360x155-color